Les questions à Alexandre Moreau-Lespinard : Comment rédiger un testament olographe ?

La rédaction d’un testament est une décision aussi difficile que capitale. Peu évidente, elle sous-entend le moment de la fin de vie, c’est pourtant un acte courageux, qui permet à son rédacteur de partir le cœur plus léger, et aux héritiers de disposer d’une base solide et irréfutable pour le partage des biens. Mais si le testament est un outil puissant, il est aussi complexe et doit répondre à certaines règles pour être valide, mais également pour ne pas introduire de situations problématiques ou conflictuelles pour les héritiers. Or, ce sont des problèmes qui interviennent souvent lors de la rédaction d’un testament olographe : un document écrit la main par le testateur. Voici donc quelques conseils de Alexandre Moreau-Lespinard pour mener à bien la rédaction de ce document à l’importance toute particulière.

Qu’est-ce qu’un testament olographe ?

Le testament est un acte juridique devant être rédigé par écrit et de la main de son auteur, que l’on appelle le “testateur”. Il existe quatre types de testaments : le testament olographe, qui est le plus courant chez les Français, le testament authentique réalisé en compagnie d’un notaire, le testament mystique tenu secret jusqu’au décès du testateur et le testament international qui a valeur légale dans plusieurs pays. Nous nous concentrerons ici sur le testament olographe : un testament écrit directement à la main par le testateur. Il présente l’avantage d’être “simple”, mais également gratuit puisqu’il suffit d’une feuille et d’un crayon pour rédiger celui-ci.

Quelles sont les conditions pour que mon testament olographe soit valide ?

Pour être valable, le testament olographe doit tout de même obéir à certaines règles afin qu’il puisse être reconnu comme un document juridique faisant force :

  • Il doit être “olographe”, c’est à dire écrit de la main du testateur. Un tel testament ne peut donc pas être rédigé via une machine à écrire ou un ordinateur.
  • Il doit être signé et daté précisément avec le jour, le mois et l’année d’écriture.
  • Il peut être rédigé sur papier libre : il n’existe pas de contraintes de support tant que le testament est lisible. En revanche, s’il est constitué de plusieurs pages, celles-ci doivent être numérotées.
  • Il doit s’agir d’un original et non d’une copie. L’absence d’un original pourrait en effet laisser supposer que le testateur a détruit celui-ci et a donc changé d’avis. Dans ce cas, le testament n’a plus de valeur.
  • Par rapport à la date de rédaction, le testateur ne devait pas, au moment des faits, être frappé d’une incapacité de tester ou avoir rédigé un testament révocatoire ou incompatible.

Une fois ces règles respectées, votre testament olographe est donc valide. Attention toutefois : les testaments ne sont pas des documents à prendre à la légère et possèdent des règles de rédaction particulières : si elles ne sont pas respectées ou mal interprétées, cela peut invalider le testament ou léser un de vos héritiers. Également, si le testament n’est pas découvert avant la session des biens, il faudra effectuer une nouvelle liquidation de vos biens afin de mettre celui-ci en œuvre : des dispositions contraignantes pour vos héritiers. Le conseil Alexandre Moreau Lespinard : faites appel à un notaire en cas de doutes, et ne pas hésiter a déposer le testament chez celui-ci afin de se protéger des problèmes précités.

Laisser un commentaire