Les questions à Alexandre Moreau-Lespinard : Qu’est-ce que le testament mystique ?

Il arrive un moment dans la vie d’un homme ou d’une femme ou celui-ci décide de rédiger son testament : une décision forte qui décidera du sort de ses biens. Le rédacteur a alors le choix entre plusieurs testaments de natures différentes : olographe, authentique, international, mais aussi mystique. Mais que se cachent-ils derrière ce nom étrange et dans quels cas rédige-t-on un testament de cette nature ? Petit tour de la question avec Alexandre Moreau-Lespinard.

Qu’est-ce qu’un testament mystique ?

Le testament mystique est un document particulier, très peu utilisé en France. Cela s’explique par la complexité de sa rédaction et des formalités qui l’accompagne. Il s’agit en fait d’un testament écrit dans le secret et déposé de la même façon : il tire d’ailleurs son nom de sa nature mystérieuse. Dans le cas de la rédaction d’un tel testament, le testateur (la personne qui rédige le testament) transmet le document clos et cacheté à un notaire. Il est théoriquement le seul à connaitre le contenu du testament, et celui-ci ne sera révélé qu’après sa mort. À sa remise, le testateur doit indiquer s’il s’agit d’un document écrit ou dactylographié, et s’il a écrit le contenu de ses mains ou des mains d’une autre personne, et si c’est le cas, stipuler qu’il en a personnellement vérifié le contenu. Il doit être déposé en présence de deux témoins, qui ne doivent pas y figurer.

Quels sont les avantages et inconvénients d’un tel testament ?

Le testament mystique est ultraconfidentiel, il peut s’avérer utile dans des cas de successions sensibles ou difficiles où des pressions sont exercées sur le testateur par exemple. Il est également sécuritaire, car gardé en lieu sûr par un notaire. Le choix d’un tel testament permet donc de minimiser les possibilités de dégradation, de perte ou de vol. L’existence du testament est révélée seulement au moment de la mort de son rédacteur.

En revanche, la rédaction d’un tel testament empêche sa relecture par le notaire, et donc la vérification de sa bonne conformité ou de sa bonne rédaction. Il est donc possible qu’à son ouverture celui-ci ne soit pas valable, ou que sa lecture pose problème, car le document sera peu clair ou non écrit dans des termes adéquats. Veillez donc bien à vérifier toutes les procédures qui rendent un testament valide et faites attention durant la rédaction à l’orthographe des noms. Soyez clair et concis : évitez des formules comme « j’aimerais que » et préférez l’affirmatif : « je transmets tel objet à… ». Enfin, le testament mystique, par sa nature particulière, demande des procédures spécifiques et coûteuses.

Bien que peu courant et compliqué à mettre en œuvre, le testament mystique reste une option envisageable et parfois indispensable. Mon conseil Alexandre Moreau-Lespinard : parlez-en avec un notaire avant la rédaction : il vous conseillera sur le bien-fondé, ou non, de votre démarche et vous accompagnera tout au long du processus, en toute discrétion.

Laisser un commentaire